Ma mère et moi

Vous connaissez peut-être les romans policiers d’Eric Ambler (1909-1998)… ? J’ai été fascinée par L’héritage Schirmer… Le nœud de l’histoire met en scène un soldat déserteur qui brusquement se réinscrit dans sa lignée, et ce petit passage d’un livre apparemment anodin a pour moi été bouleversant. Dans le livre, il y a un messager ; dans la « vraie vie », c’est ce même besoin qui lance des personnes aux tempéraments très variés sur les chemins de la recherche généalogique. « On » fait souvent semblant de le prendre pour un passe-temps agréable pour retraité, même si pour moi ce « on » désigne tout ceux qui considèrent que le travail sur soi est un truc tordu, lourd, austère, etc. Le travail sur l’arbre parait déjà plus sulfureux puisqu’il s’agit de psychanalyse et que ce « on » a capté que « ça » perturbe. Je dirais qu’il s’agit de se transformer. Peut-être ne s’agit-il au fond que de transformer son rapport au monde ? Mais là, je m’égare, je pense à ma mère qui a longtemps clôt toute discussion en disant « Je suis comme ça, vous ne me changerez pas »…

Quelle folie de penser qu’il est impossible de changer, alors que le monde change en permanence autour de nous et nous soumet toujours à des situations différentes – de toutes petites différences, ou de très grandes. Pourtant, quand nous disons « je », depuis que nous avons six ou sept ans, nous faisons référence au même sentiment intérieur. À trente, quarante, soixante, quatre-vingt ans, nous ne sommes plus les mêmes et pourtant ce sentiment intérieur du « je » est le même. Qu’est ce qui ne change pas alors ? Je ne vais quand même pas donner raison à ma mère !

Le huitième épisode est métaphysique… Il cherche dans les filiations entre les prénoms, dans les répétitions de dates, dans les noms inscrits dans le territoire. Et quand il trouve, on dirait qu’il n’en mesure pas la portée.

 

 

Au sujet des animaux et des arbres

La référence au renard 

Cette histoire spartiate racontée au début de l'épisode est finalement un écran de fumée, une autre version, bien plus belle, m’a été révélée à la fin du montage… Mais il est trop tôt pour la dévoiler !

Au début, bien sûr, je pensais filmer un renard, mais le seul que j’ai vu était en train d’être dévoré par des chiens ! Et il n’existe pas d’élevage de renard, c’est un animal qui ne se laisse pas domestiquer ou élever… d'où l'idée du masque.

le masque du renard
le masque du renard

 

Et les oiseaux ?

Comme les renards, les moineaux sont des espèces libertaires qui se laissent mourir plutôt que de vivre en captivité. Je n’aurais jamais pu mettre en scène ce moment. Mais j’y étais, je l’ai filmé, et il trouvé sa place dans le film bien plus tard.

Le cheval

La statue du petit cheval dans l'épisode 1 se trouve dans un parc, à Lausanne, et c’est un de mes premiers souvenirs d’enfance. Je me souviens de la lune qui se reflétait dans le bassin. La sculpture était malhabile, elle me semblait faite pour les enfants. Pendant longtemps, je n’ai pas su pourquoi je revenais inlassablement filmer cet endroit. Disons que, dans la construction du film, elle est un indice de la présence des ancêtres...

Les arbres

Tout au long des cinq années de gestation de ce projet, j’ai filmé une sorte de collection d’arbres : la forêt limousine, les arbres tourmentés du plateau de l’Aubrac ; le vert incroyable, la mousse, de ces arbres qui ont l’air de sorcières, dans un air saturé de pollen, quelque part près de Rocamadour…

Capture d’écran 2016-06-01 à 12.38.39

Cocherel

Cocherel est situé sous un couloir aérien… Difficile d’avoir des moments bucoliques, mais au montage le son de ces avions donnait une ambiance un peu étrange, qui allait bien au film.

Revenir sur les traces du passé, à Cocherel
Revenir sur les traces du passé, à Cocherel

Une des premières fois où je suis allée à Cocherel, j’ai pu parler avec la propriétaire et elle m’a fait entrer dans la maison. Ensuite, je crois qu’elle ne m’a pas reconnue et qu’elle s’est inquiétée de me voir rôder autour de chez elle. Lorsque nous sommes allés tourner à Cocherel, je me suis sentie incapable d’y rentrer et j’ai préféré reconstituer le souvenir en maquette.

la maison de Cocherel se reconstruit en maquette
la maison de Cocherel se reconstruit en maquette